© 2023 by Name of Site. Proudly created with Wix.com

  • EVRY FC

Valérie Mercadal (Pôle Féminin) : "Tout seul on va plus vite, ensemble on va plus loin"

Bonjour Valérie, peux-tu revenir dans un premier temps sur ton passé de joueuse ?


"J'ai débuté le football au club de l'AS Evry de six à treize ans avec les garçons "mes copains". Puis comme le règlement l'oblige, après treize ans, j'ai intégré une équipe féminine. Je me suis donc dirigé vers le club de Juvisy où je suis surclassée et goûte dès l’âge de quatorze ans au Championnat de France. Je vais alors rester dans ce club pendant sept années et ainsi obtenir des sélections en Equipe de France. Par la suite, je pars à Saint-Mémmie en Ligue 2 et monte en Ligue 1 (avec notamment comme coéquipières Marinette Pichon, Gaétane Thiney et Elise Buseglia) où je reste sept ans avant de partir à Hénin-Beaumont pendant une année en Ligue 1. Je suis ensuite retourné à Juvisy avant de terminer ma carrière au VESC (avant la fusion Evry fc) un club familial et convivial."


Quel est le plus beau souvenir qui te reste en mémoire ?


"Ce sont les larmes de mon papa quant il a entendu pour la première fois la Marseillaise".


As-tu un souvenir que tu aimerais gommer de ta mémoire ?


"Ma blessure au genou et la rupture des ligaments croisés. Je me suis jamais fait opérer pour ne pas rater le Championnat d’Europe des moins de 18 ans et je pense que j’ai gagné du temps certes mais j’ai aussi malheureusement jamais retrouvé mon niveau."


Palmarès joueuse : Gardienne de but

- 3 fois Championne de France de Ligue 1 avec Juvisy

- 2 fois Championne de France en Ligue 2 avec St Mémmie Olympique

- 35 fois internationale : U16 – U18 et espoir

- Vice Championne d’Europe moins de 18 ans

- 300 matches en ligue 1




Tu entraînes désormais à temps plein au Evry FC ?


"Oui, de par l'obtention du Diplôme d’Etat Supérieur "Mention football" j’ai d'abord entraîné les garçons d'Excellence à R1 (2 montées, 1 descente) en binôme. Ce fût d'ailleurs une très belle expérience. Je me suis ensuite tourné vers les filles (4 montées consécutives, 1 Coupe de l’Essonne, 1 quart de finale de Coupe de France). A ce jour, je suis en binôme avec Osiris (Quaresma)."


Tu est parallèlement Responsable du Pôle Féminin. Quel est ton véritable rôle ?


"J’ai été embauchée par la Mairie en tant qu’emploi jeune avec la mission de promouvoir et développer le sport féminin sur la ville. Rapha (le Président) et Bébert (Responsable Technique) m'ont responsabilisé sur la création d’une section féminine au sein du club (les VESC)..

Nous avons alors tout mis en œuvre à travers la publicité, les interventions dans le milieu scolaire, l'initiation et la découverte du football féminin pour les centres de loisirs et maisons de quartiers. L’aide précieuse et incontournable des garçons et le soutien incontestable de la municipalité nous a permis l'adhésion des jeunes filles adhèrent et la fidélisation au projet sportif et humain que nous souhaitions mettre en place. En 1998, nous étions 4 licenciées. Aujourd’hui, nous avons dépassé les 100 licenciées. Nous avons construit la section féminine qu’avec des joueuses issues des quartiers de la ville d’Evry, nous pouvons dire que nous sommes vraiment partis de rien et nous avons atteint la Régional 1."


Quelles ont été les retombées sportives ?


"Depuis la fusion AS Evry - VESC, la section féminine stagne au niveau sportif, et en toute objectivité la catégorie Séniors étant arrivée en fin de cycle, nous avons impulsé cette année un gros recrutement et rajeuni l’ensemble de l’effectif. Nous avons le Label Argent ; reconnaissance du travail effectué pour le football féminin de la part des instituions du football. Nombreuses sont nos joueuses qui sont parties pour jouer dans la division supérieure et/où ont participé à des sélections et détections."




En fait, c'est l'alchimie entre le sportif et le social qui vous permet d'en être ici aujourd'hui ?



"D'un côté, il y a la technique avec des séances préparées en amont où le ballon est toujours présent même pendant un travail foncier et d'un autre côté il y a des festivités, des animations, des sorties au quotidien qui nous permettent de bien vivre ensemble. Tout seul on va plus vite ensemble on va plus loin. Le groupe et le management sont le plus dur à gérer mais s'il est sain, nous sommes convaincus que sur le terrain tout sera beaucoup plus simple. Nous avons ainsi une ligne directrice : le football est un jeu dans lequel le plaisir est important La compétition oui, mais sans se prendre au sérieux. L’esprit et les valeurs restent le fils conducteur."


Que penses-tu de l'éclosion du football féminin et des effets répercutés suite à la dernière Coupe du Monde ?


"L’engouement populaire qui a eu lieu pendant la compétition est incontestable. Cependant, j’ai des réserves sur "l’éclosion" dont certains parlent. Depuis l’âge de treize ans, j’entends parler de la promotion et du développement du football féminin. Les matchs sont télévisés, les filles sont interviewées, on en a beaucoup parlé cet été et tout cela est positif pour moi. Le plus négatif est de comparer le football féminin et le football masculin; c’est en effet le même sport mais le football est différent de part les différences psychologiques, physiques des hommes et des femmes."




Le groupe Séniors connait un début de saison mitigé. Comment peux-tu expliquer cela?

"

"Je suis d’un naturel pragmatique. D'un côté humain, je dirais que pour moi le plus important c’est le bilan quantitatif. Si les filles résignent et si d’autres arrivent c’est que notre réputation est bonne. D'un côté sportif, nous avons changé 80% de l’effectif. Il faut du temps et de la patience. Je suis sereine car je suis convaincue que le travail et l’investissement des joueuses seront récompensés. Dans le groupe, il y a des mères de famille, des mineures, celles qui cumulent deux emplois, elles font des sacrifices pour venir à l’entrainement et même quand il pleut, elles viennent rien que pour leurs efforts. J’espère que la roue va tourner car elles le méritent."


Quels sont les objectifs que tu as fixé aux différentes équipes du pôle, que ce soit en terme de résultats mais aussi de progression collective et individuelle ?


"Pour les jeunes,il s'agira de continuer à être un club formateur. Pour une éducatrice et le club, il n’y a pas de plus grande fierté que de voir une petite devenir grande. Pour les Séniors, il faudra prendre les matchs les uns après les autres sans se poser de question. Nous sommes engagées en Coupe de Paris, en Coupe de France et en Championnat R3. C’est difficile de jouer sur tous les tableaux, le championnat reste la priorité. Pour travailler et évoluer, le contexte doit être favorable et l’état d’esprit serein. Et pour cela, je suis sure que nous pouvons compter sur l’aide incontestable du club et de la Mairie, des collègues éducateurs, des bénévoles et tout ceux et celles qui œuvrent au quotidien pour le bon fonctionnement du Pôle Féminin qui se reconnaîtront."

185 vues